Actualités

R&D : une nouvelle organisation pour soutenir les filières

24 septembre | 2019

Depuis le 1er janvier, nous avons engagé la transformation de notre activité recherche & développement autour de quatre grands pôles.

R&D

Frédéric Bredon, nouveau Directeur R&D du Groupe répond à nos questions :

 

Une nouvelle organisation R&D est en cours de déploiement. En quoi consiste-t-elle ?

Frédéric Bredon : À l’image de ce qui a été réalisé avec le Pôle Bakery Soufflet sur la filière blé-farine-pain, nous allons structurer notre R&D autour de quatre grands pôles : un Pôle Amont au service des Divisions Agriculture, Vigne et Négoce, un Pôle Intermédiaire dédié à la Malterie et à l’Alimentaire, un Pôle Biotechnologies et le Pôle Bakery Soufflet. Ces quatre pôles vont s’appuyer sur les expertises du Centre de Recherche et d’Innovation Soufflet (CRIS) de Nogent-sur-Seine, que nous allons repositionner sur l’ensemble des filières du Groupe, du Pôle Bakery Soufflet sur la filière blé, et du laboratoire de notre site de production d’enzymes de Colombelles sur les biotechnologies. La R&D Groupe est rattachée à la Direction des Opérations parce qu’elle est au service des métiers et filières du Groupe sur des projets à court, moyen et long termes.

Quel est l’objectif de cette transformation et quels en sont les enjeux ?

F.B. : Notre ambition est d’apporter davantage de valeur à nos métiers et partenaires, en renforçant la recherche et le développement sur l’ensemble de la chaîne de nos filières, de la mise au point des semences à la commercialisation des produits finis. L’objectif est de répondre aux besoins des Divisions et filières du Groupe sur quatre grands enjeux : la durabilité et ses solutions biologiques pour les filières agricoles et l’activité Vigne ; l’innovation produits et process sur la filière orge ; la valorisation des protéines végétales à base de légumineuses pour l’alimentation humaine ; et le développement des biotechnologies, notamment des enzymes et des pectinases pour la vinification, les jus de fruits et la panification.

Enfin, nous devons conforter le secteur de l’alimentation animale, avec la mise en marché de biocatalyseurs issus de traitements de matières premières céréalières par fermentation solide, ainsi que la valorisation de protéines végétales fonctionnalisées pour une meilleure assimilation et une meilleure digestibilité avec des rendements de conversion protéique améliorés.

Quels sont les principaux projets qui illustrent cette stratégie ?

F.B. : Dans le domaine de la durabilité, nous allons continuer à développer nos produits de bio-contrôle, les bio-fertilisants et les bio-stimulants. L’un de nos projets dans ce domaine porte notamment sur une technologie de lutte biologique contre la fusariose et la septoriose du blé, via la dispersion de micro-organismes dont Soufflet a la propriété. Sur la filière orge, nous travaillons, notamment, à la valorisation des coproduits de la malterie et à l’amélioration des process de transformation du malt.

Dans le domaine de la valorisation des protéines végétales, Culture Filière Juin 2019 nous poursuivons nos développements sur les protéagineux en partenariat avec l’Inra dans le cadre d’une convention pour la période 2017-2021. Nous développons également des programmes de recherche dans le cadre de notre participation à l’association Protéines France.

Quelles sont vos autres priorités en matière de R&D ?

F.B. : La maîtrise qualitative de nos filières durables reste l’une de nos priorités pour répondre aux enjeux sociétaux et environnementaux. Nous voulons développer des solutions pour réduire l’utilisation de produits phytosanitaires dans les cultures et d’insecticides de stockage sur nos filières blé, orge et légumineuses.

Nous avons l’ambition de nous positionner comme un acteur significatif de la production de pectinases non-OGM par fermentation en milieu solide au niveau européen, particulièrement dans le secteur des préparations enzymatiques pour l’œnologie et la production de jus de fruits.

En quoi cette nouvelle organisation est-elle un levier de performance pour le Groupe Soufflet ?

F.B. : Comme notre Groupe est présent sur toute la chaîne de valeur de ses filières, de l’amont à l’aval, nous allons structurer la R&D sur le même schéma. Pleinement intégrée à l’opérationnel, avec une organisation matricielle adaptée à chaque Division et un fonctionnement transverse sur chaque filière, la R&D va nous permettre de développer de nouvelles sources de valeur ajoutée. Cette organisation en pôles spécialisés s’appuie également sur l’expertise développée depuis trois ans par le Pôle Bakery Soufflet, qui a montré son efficacité et sa créativité : près de 250 projets ont été menés chaque année sur la filière blé.

Sur quels moyens comptez-vous vous appuyer ?

F.B. : Sur les trois centres à Nogent-sur-Seine, Corbeil-Essonnes et Colombelles, la R&D Groupe mobilise plusieurs dizaines de scientifiques et techniciens, qui travaillent déjà sur des projets de recherche fondamentale et appliquée à 100 % au service des Divisions.

Par ailleurs, nous associons de plus en plus étroitement la cellule Innovation du Groupe qui s’intéresse aux projets technologiques, notamment dans le digital. Enfin, nous poursuivrons notre politique de partenariat avec des organismes tels l’Inra, Protéines France, les universités et pôles de compétitivité.

Les actualités recommandées